Proteor choisit DIMO Software et Qlick pour sa restitution de données

Retranscription vidéo

Proteor

David Malaizier, Business Analyst : « La société Proteor, c’est 860 collaborateurs dont 500 en France, un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros consolidé en 2016. Notre activité principale, c’est l’apport de solutions de dispositifs médicaux et innovants. Au sein de la société Proteor, je suis Business Analyst, j’ai à charge la diffusion et la construction des restitutions des données dans l’entreprise. La BI (Business intelligence) pour moi c’est un ensemble d’outils qui permettent aux utilisateurs de suivre et comprendre leur métier, leur activité, via l’agrégation et la consolidation de données. Pour cela j’utilise la solution Qlik, qui nous permet de répondre à plusieurs typologies de besoins, qu’ils émanent de la direction, des services opérationnels ou des services supports.

Nous avons des applications qui vont répondre à des besoins métiers par exemple :

  • marketing : où sont consommé les produits ? par qui ? par quels types de patients… ?
  • logistique : on a récupérer des données de fiches articles et on vient appliquer des modèles de calcul pour faire de la prédiction de rupture de flux, de point de commande…

Les projets démarrent toujours avec un besoin utilisateur remonté à la DSI, suite à quoi on organise une équipe autour du projet.

Mon rôle à moi, va être de m’assurer que le besoin utilisateur a bien été compris et de le traduire avec le chef de projet utilisateur en langage informatique ou en script Qlik : où on va chercher les tables ? comment on structure la donnée et comment on la restitue à un utilisateur ? Aujourd’hui peu de service dans l’entreprise n’ont pas leur application Qlik. Et ceux qui ne l’ont pas sont très très très demandeur.

On a fait le choix avec la DSI et un accompagnement de DIMO Software de restructurer l’intégralité de notre plateforme pour qu’on puisse accueillir la BI de demain. DIMO Software a une énorme expertise en termes de Data Management en plus de la BI. Cela nous a permis de nous structurer de façon vraiment efficace, dès le départ, et ne plus avoir à se poser la question de savoir si ce qu’on a bâti était robuste ou pas.

L’objectif de cette BI de demain est de donner de l’autonomie aux utilisateurs. Plutôt que d’avoir des applications figées et en silos, on veut fabriquer des univers de données propres à une thématique : achat, vente, logistique… et donner aux utilisateurs, les moyens de créer eux-mêmes quand ils en ont besoins leurs KPI, leurs tableaux de restitution et leurs graphiques d’analyses.

Ça a engendrer un premier pas dans la culture de la donnée dans l’entreprise. On commence à avoir des utilisateurs qui comprennent que, les données à partir du moment où elles sont bien qualifiées et bien calibrées, ça leur donne des possibilités d’analyses bien plus importantes que celles qu’ils ont actuellement.

L’expertise et le savoir-faire que nous a transmis DIMO Software, ça nous permet aujourd’hui de se projeter vraiment sereinement dans les évolutions de la BI dans les cinq prochaines années. »